FAQ - Foire au questions

Foire aux questions relatives aux structures protégées :

Foire aux questions relatives aux structures protégées :

Pourquoi protéger notre patrimoine architectural ?
Notre patrimoine architectural est une ressource unique et exceptionnelle. Les structures et les lieux qui ont acquis un caractère et un intérêt particulier au fil du temps ont une signification culturelle dans un monde en mutation. Toutes leurs pièces ont été éprouvées par notre climat, et celles qui ont survécu au processus de dégradation et aux déprédations de leurs utilisateurs ont acquis une valeur économique, environnementale et esthétique. Si nous jouissons des fruits de cet héritage, nous avons le devoir de veiller à ce qu'il soit conservé, réutilisé avec bienveillance et transmis à nos successeurs avec sa valeur intacte.
Notre patrimoine architectural se compose non seulement de grandes réalisations artistiques, mais aussi des œuvres quotidiennes de l'artisanat du passé. Le défi créatif auquel sont confrontés les gardiens de ce patrimoine est de trouver des moyens appropriés pour prolonger sa vie culturelle, en satisfaisant aux exigences d'une structure sûre, stable et durable d'une part, et en conservant son caractère et son tissu d'intérêt particulier d'autre part.

Qu'est-ce qu'un ouvrage protégé ?
Un ouvrage protégé est un ouvrage qu'une autorité de planification considère comme présentant un intérêt particulier d'un point de vue architectural, historique, archéologique, artistique, culturel, scientifique, social ou technique. Chaque autorité de planification est tenue d'avoir un registre des structures protégées (RPS) qui comprend toutes les structures d'intérêt particulier dans sa zone fonctionnelle et dans lequel les détails des structures protégées sont inscrits. Le RPS fait partie du Plan de développement.
La législation visant à introduire le concept de structures protégées était la loi de 1999 sur les collectivités locales (planification et développement), remplaçant l'ancien système de protection et de préservation des structures en les inscrivant dans les plans de développement. Toutes les lois sur l'administration locale (planification et développement) de 1963 à 2015 ont maintenant été regroupées dans les lois sur la planification et le développement 2000-2015. La partie IV de la loi de 2000 traite du patrimoine architectural et intègre les dispositions de la loi de 1999 sur les collectivités locales (planification et développement)

Comment un bâtiment devient-il une structure protégée ?
Comme indiqué ci-dessus, les structures présentant un intérêt particulier d'un point de vue architectural, historique, archéologique, artistique, culturel, scientifique, social ou technique sont proposées pour inclusion dans la SRP. N'importe qui peut recommander un bâtiment à protéger, mais la décision d'inclure des ouvrages dans le RPS ne peut être prise que par les membres élus de l'autorité d'aménagement. L'autorité de planification doit informer les propriétaires et les occupants de la structure protégée proposée, le ministre de l'Environnement et des Collectivités locales et les autres organismes de la proposition. Les détails des ajouts sont exposés au public pendant au moins 6 semaines. Pendant ce temps, toute personne, y compris le propriétaire ou l'occupant, a le droit de faire des commentaires sur une telle proposition à l'autorité de planification. La collectivité est tenue de prendre en considération ces remarques avant que ses élus ne décident, dans les 12 semaines suivant la fin de la période d'affichage, de l'inscription ou non de l'ouvrage au RPS. Dans les deux semaines de sa décision, l'autorité d'urbanisme doit informer le propriétaire et l'occupant de l'ouvrage de cette décision.
Bien qu'une structure soit une structure protégée proposée, elle bénéficie de la même protection qu'une structure protégée en ce qui concerne les devoirs et les responsabilités des propriétaires et des occupants.

Quelles obligations incombent aux propriétaires et aux occupants pour assurer la protection d'un ouvrage protégé ?
Chaque propriétaire et occupant doit s'assurer que ni une construction protégée, ni aucun élément d'une construction protégée qui contribue à son intérêt particulier, ne soit mis en danger par atteinte, dégradation ou détérioration, à court ou à long terme, par négligence, par effet direct ou indirect. moyens. Cette obligation est la même pour les propriétaires et les occupants des constructions protégées projetées. En général, si une structure est maintenue dans un état habitable et qu'un entretien courant est effectué (par exemple curage de gouttières, réparation d'ardoises glissées), elle ne doit pas être mise en danger.
La protection s'applique à toutes les parties de la structure qui contribuent à son caractère et à son intérêt particulier, y compris son intérieur, le terrain environnant ou « enclos », et toute autre structure sur ce terrain, et leurs intérieurs, ainsi que tous les accessoires et caractéristiques de ces structures.

Des procédures particulières s'appliquent-elles aux ouvrages protégés dans le cadre du régime d'urbanisme ?
Comment un propriétaire ou un occupant sait-il quels travaux nécessitent un permis de construire ?

Le statut de structure protégée n'empêche pas le développement ou la modification. Cependant, il exige que le propriétaire ou l'occupant consulte l'autorité de planification, soit par le biais de discussions préalables à la demande, d'un processus de demande de planification ou d'une déclaration, pour s'assurer que les éléments qui rendent la structure importante ne sont pas perdus pendant le développement.
Si des travaux sont proposés à une Structure Protégée, une demande d'urbanisme est faite de la manière habituelle. Cependant, il y a quelques exigences supplémentaires. Parce qu'il est nécessaire qu'une demande montre comment un développement proposé affecterait le caractère de la structure, la demande peut devoir être plus détaillée qu'une demande ordinaire et inclure des dessins supplémentaires, des photographies et d'autres documents pour expliquer les propositions. Veuillez vous référer aux Lignes directrices sur la protection du patrimoine architectural (voir ci-dessous pour le lien) pour plus d'informations sur la documentation supplémentaire requise lors de la soumission d'une demande de planification pour une structure protégée.
Certains travaux qui sont normalement considérés comme des aménagements exemptés peuvent nécessiter un permis de construire lorsqu'ils ont lieu sur une structure protégée, si ces travaux affectent le caractère de la structure ou tout élément de la structure qui contribue à son intérêt particulier. Le propriétaire ou l'occupant d'un ouvrage protégé peut demander à l'autorité d'urbanisme une déclaration indiquant les types de travaux qui pourraient être réalisés sans affecter matériellement le caractère de l'ouvrage. Ces travaux ne nécessiteraient pas de permis d'urbanisme. En règle générale, dans une déclaration, les travaux d'entretien effectués conformément aux directives de conservation du Département de l'environnement seraient réputés ne pas affecter matériellement le caractère de la structure et, par conséquent, ne nécessiteraient pas de permis de construire.
Une autorité chargée de l'aménagement émettra, en général, une telle déclaration dans les trois mois suivant la réception d'une demande. Il n'y a pas de frais pour ce service.

Existe-t-il des mesures en place pour aider les propriétaires et les occupants à préserver une structure protégée ?
Oui. Un programme de subventions de conservation est géré par les autorités de planification, pour aider le propriétaire ou l'occupant d'une structure protégée à entreprendre les travaux nécessaires pour sécuriser son tissu de construction. Chaque autorité de planification aura un schéma de priorités pour les aider à évaluer les demandes.
La subvention standard est de 50 % du coût approuvé des travaux, jusqu'à un maximum de 13,000 75 €. Une autorité de planification peut recommander, dans des circonstances exceptionnelles, une subvention de 25,000 % du coût approuvé des travaux, jusqu'à XNUMX XNUMX €.
Les détails complets du Conservation Grant Scheme sont disponibles auprès de votre autorité de planification.

Les autorités de planification ont-elles des pouvoirs spéciaux en ce qui concerne les structures protégées ?
Oui. L'autorité d'aménagement dispose désormais de pouvoirs accrus dans le cadre des lois d'aménagement et d'aménagement 2000-2015 pour assurer la protection des ouvrages répertoriés dans la RPS. Cependant, ces pouvoirs ne sont généralement utilisés que dans des circonstances exceptionnelles lorsque toutes les autres voies ont échoué.
Une autorité d'urbanisme peut exiger d'un propriétaire ou d'un occupant d'un ouvrage protégé qu'il réalise des travaux s'il estime que l'ouvrage est ou risque de devenir menacé. L'autorité d'urbanisme précisera les travaux qu'elle estime nécessaires.
L'autorité d'urbanisme a également le pouvoir d'effectuer elle-même les travaux et de recouvrer ses frais auprès du propriétaire ou de l'occupant. Dans des circonstances exceptionnelles, une autorité de planification peut acquérir, de gré à gré ou obligatoirement, une construction protégée si elle estime que cela est nécessaire pour assurer la protection de la construction.
Lorsqu'une autorité chargée de l'aménagement exige que des travaux soient effectués pour empêcher qu'une structure protégée ne devienne ou ne continue à être menacée, le propriétaire ou l'occupant concerné peut être éligible à une aide financière telle que décrite ci-dessus.
Les lois 2000-2015 prévoient d'infliger une amende substantielle et/ou une peine de prison aux personnes reconnues coupables d'avoir endommagé une structure protégée.

Logo promotionnel Kilkenny
Slogan de Kilkenny : Venez voir, venez faire